Vous ne me ferez pas liker votre Fanpage ! | Tendances Com
Vous ne me ferez pas liker votre Fanpage ! » By Celine Pageaux » Post » Tendances Com
Tendance com
Vous ne me ferez pas liker votre Fanpage !

L’heure est à l’inbound marketing dans les entreprises, on ne « chasse » plus le potentiel client mais on fait en sorte qu’il vienne à nous de lui-même. Un des moyens pour ces dernières de mener à bien cette stratégie via les réseaux sociaux est de créer sa Fanpage (sur Facebook donc).

Techniquement c’est facile. Mais après la réticence des managers à mettre en avant leur marque sur les réseaux sociaux (et c’est encore plus vrai avec Facebook jugé trop peu « pro »), il faut maintenant réussir à convaincre les salariés de l’entreprise de soutenir l’initiative et de devenir les ambassadeurs de la marque. Or même les plus collaboratifs et/ou corporate ne sont pas toujours les premiers séduits.

Pistes d’explications :

  • Nombreux sont les salariés qui ne souhaitent pas mêler vie pro et vie perso. « Je ne veux pas inonder le mur de mes amis avec mes infos pro en likant les posts de ma boîte. Je n’ai moi-même pas envie en ouvrant mon Facebook le soir de n’y voir que des actus de boîte, des promos, des pubs… mais plutôt de regarder les photos de l’anniversaire de mon meilleur pote ».
  • D’autres n’ont tout simplement toujours pas de compte Facebook (et n’y voient d’ailleurs aucune utilité) ou ont une méconnaissance de l’outil et de la technique ; ce qui laisse place à beaucoup d’incertitudes et de craintes. « J’ai une image à tenir vis-à-vis de mes clients et je ne veux pas que la photo de ma dernière soirée trop arrosée apparaisse ou soit visible sur le mur de mon entreprise » (ce qui est bien entendu impossible). Un conseil donc : démystifier tout ce qui nourrit ces peurs en expliquant les possibilités de paramétrages de confidentialité par exemple.
  • Quelques uns encore avancent l’argument économique « je ne suis pas payé pour ça, ce n’est en aucun cas une mission associée à mon poste, je ne suis pas Community Manager ! ».
  • D’autres ne se reconnaissent tout simplement pas dans les contenus mis en avant par la société. « J’ai eu honte la semaine dernière en voyant le post Facebook sur le mur de mon entreprise : on se serait cru de retour à l’école primaire avec les copains ! Ce n’est pas pro du tout, que vont penser nos clients ??? ». Il est important donc en amont de « prendre la température » au sein de l’entreprise pour tenter de gagner plus facilement l’assentiment des salariés.
  • Certains,  et là il sera plus difficile de rallier ces personnes à sa cause, n’aiment tout simplement pas leur boîte ou leurs collègues. Rapport de cause à effet logique ? Ils n’iront pas liker la Fanpage et encore moins y participer. Reste à espérer que ces derniers soient minoritaires… 😉
  • D’autres qui eux utilisent Facebook et n’ont aucun à priori quant à son utilisation en entreprise vont liker la Fanpage mais ne verront aucun intérêt à relayer le contenu et propager l’image de marque. Il est important ici d’avoir une stratégie réseaux sociaux bien définie pour savoir qui l’on cible, pourquoi (importance de se concentrer sur le WHY des entreprises… on en reparlera), comment et ainsi apporter quelques arguments valables et motivants aux salariés hésitants.

Pas une mince affaire me direz-vous et il est bien difficile d’apporter à ce jour une solution « miracle » à ces éléments constatés en entreprise (je sais de quoi je parle j’y suis confrontée et y travaille de pied ferme en ce moment…). A suivre donc mais je reste persuadée que les entreprises ont quelques beaux jours à vivre sur Facebook !

 

2 Comments

  1. Super article Céline! Les difficultés sont nombreuses, c’est toute une culture d’entreprise à instaurer… J’avais lu un article qui donnait une tentative de solution pour contrer notamment l’argument « je ne suis pas là / payé pour ça »: http://socialmediatoday.com/mike-sweeney/294506/5-ways-get-your-non-marketing-employees-create-content.
    Gary Vaynerchuk(auteur de The Thank You Economy, entre autre) propose d’instaurer un département consacré aux réseaux sociaux, différent de celui de la com ou du marketing. La barrière comme tu le soulignes c’est qu’il faut malgré tout l’adhésion des salariés. Ce n’est pas le genre d’activité qu’on peut faire le couteau sous la gorge! Là encore Gary Vaynerchuk est super radical: pour lui il faut tout simplement virer ceux qui n’ont pas « le gène » et embaucher des gens qui croient en ces réseaux… Hum hum… Bon comme on n’est pas aux US, on va devoir trouver un moyen d’obtenir l’adhésion par la méthode douce 🙂

  2. yes ça me semble inévitable, d’autant plus dans des boîtes où l’aspect collaboratif, corporate est très présent 🙂 c’est encore frais dans les mentalités et je pense que ça ne peut qu’évoluer… à nous de travailler pour que ça évolue dans le bon sens 😉 / merci pr le lien by the way ++