Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme | Tendances Com
Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme » By Celine Pageaux » Post » Tendances Com
Tendance com

Un nom et un logo bien connu, une carte des cafés alléchante, des lieux conviviaux, design et cosy, 60 millions de visiteurs par semaine, des enseignes dans 54 pays…  vous connaissez tous Starbucks. Celui que l’on connaît moins c’est son actuel PDG Howard Schultz qui est venu à Paris présenter son livre « Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme ». Retour et confessions sur une sortie de crise réussie pour la multinationale grâce à un homme, un manager, un leader.

Petit historique rapide de la société : la Starbucks Coffee Company est créée en 1971 et est spécialisée dans le commerce de café en grains. Howard Schultz rejoint la société en 1982 et lance l’idée de vendre des cafés à emporter suite à un voyage en Italie où il tombe amoureux de la façon de consommer les espresso. Mais malgré quelques premières années florissantes, les difficultés s’enchaînent pour Starbucks. Un seul impératif pour Howard Schultz : sauver la société grâce à des changements significatifs, sans pour autant laisser de côté les valeurs qui lui sont chers.

Il prend des mesures « coup de poing », comme la fermeture en 2008 des tous les Strabucks aux Etats-Unis pendant une journée en affichant simplement sur les 7100 portes concernées «  nous prenons le temps d’améliorer notre espresso. Le véritable espresso exige du perfectionnisme. C’est pourquoi nous nous consacrons à rechercher plus que jamais l’excellence ». En pratique : nouvelle définition des objectifs de la société avec les managers et formation de tous les employés en préservant les valeurs du groupe : esprit d’entreprenariat, créativité, curiosité et audace d’oser. Une place importante est accordée aux employés (nommés « partenaires »), ainsi qu’à la qualité du café, des conditions de sa culture et des impacts de cette dernière sur les populations. Il faut, dit-il, savoir « trouver le bon équilibre entre profits et esprit social ».

Il explique simplement qu’il ne suffit pas pour une entreprise de conserver ces valeurs mais de réinvestir en permanence dans ces dernières. Car c’est grâce en les respectant que le  consommateur fait le choix de Starbucks, selon Howard Schultz, et non pas seulement pour le café qui y est servi.

Un exposé en toute simplicité et avec humour, qui montre bien que les qualités managériales et de leadership des personnes à la tête des sociétés impactent de manière significative la réussite et la pérennité des ces dernières. Un livre témoignage à découvrir donc. On souhaite en tout cas à Starbucks de continuer à nous charmer avec ses cafés !