iPhone 4S, « S » comme Smart ? | Tendances Com
iPhone 4S, « S » comme Smart ? » By Vladimir Moshnyager » Post » Tendances Com
Tendance com
iPhone 4S, « S » comme Smart ?

1 – Le meilleur des iPhone

S’il garde le même design, techniquement, le iPhone 4S reçèle de nombreuses optimisations (durée de vie de la batterie, processeur, CDMA/GSM) et une amélioration significative de la caméra (8 MP, meilleure optique, stabilisateur, vidéo 1080p).

D’un point de vue logiciel, l’arrivée du système d’exploitation iOS5 marque l’arrivée du stockage en ligne (iCloud) et d’un service de streaming de musique (iMatch). Il y a enfin une dernière nouveauté, la plus importante selon Apple : Siri. Activé par une simple  pression, le téléphone se transforme en assistant personnel, capable d’écouter, de comprendre et d’agir selon les instructions que vous lui donnerez. Vous pourrez ainsi écouter et répondre à un sms, ajouter un rendez-vous à votre calendrier et régler l’heure de votre réveil en parlant à votre téléphone.

Le iPhone 4S s’inscrit dans la continuité et domine techniquement, en terme d’innovation et d’implémentation tous ses concurrents.

 

2 – Le cloud, c’est pratique, et tendance

Le cloud c’est l’accessibilité de toutes mes données, sur tous mes appareils, pourvu que j’ai une connection internet. C’est à dire plus de transferts inlassables de fichiers d’un disque dur à l’autre, d’un appareil photo à un ordinateur, d’un ordinateur à un ipad. Apple vient d’éliminer la synchronisation, facilitant d’autant la manipulation des données (audio, photos, vidéo et autres) entre les différents appareils de ses utilisateurs.

Le cloud, c’est gratuit… en partie. Jusqu’à 5 Go, autant dire pas loin. Apple espère bien s’en faire une source de revenu significative, et qu’habitués au confort du nuage par l’offre gratuite, de nombreux utilisateurs basculeront et deviendront des abonnés.

Voilà une petite révolution technologique déjà à l’oeuvre dans le monde des entreprises où Apple semble bien placée pour saisir le marché des utilisateurs individuels, comme d’habitude. Avec un concurrent sérieux : Amazon qui a lancé son offre la semaine dernière.

 

3 – Siri, nouvelles frontières

Dans l’histoire d’Apple, il y a eu l’invention du “bureau”, l’interface graphique que vous utilisez encore tous les jours. Il y eut celle du imac, qui fit passer l’ordinateur du bureau à la maison et celle du iPod qui ouvrit aux masses la musique numérique. Puis il y a eu le iPhone et son prolongement, l’iPad, qui réinventèrent la relation physique entre l’individu et sa machine avec l’écran tactile.

Avec Siri, Apple poursuit cet effort en inventant un nouveau mode d’interaction : la voix. Les moments hors-ligne (en voiture, en jogging) deviennent soudain productifs et nous apprenons à communiquer avec un robot qui nous comprend.

 

Avec un nouveau mode d’interaction, vient un nouveau mode de recherche de l’information. C’est la recherche vocale, google n’y est pas dominant, c’est un univers ou tout reste à inventer et c’est Apple qui pose la première pierre.

Et il est aujourd’hui difficile d’imaginer ce qu’Apple va pouvoir tirer des données collectées sur ses dizaines de millions d’utilisateurs, car Siri ne fonctionne que connecté, les données étant traitées dans d’énormes “data center”.

En bref, Siri c’est Hal (de L’Odyssée de l’Espace) dans mon téléphone, for better or for worse…

4 – Perspectives

Pour Apple, l’opération est prometteuse.

A court terme, l’iPhone 4S est significativement meilleur que le précédent et il va bénéficier du lancement le plus rapide jamais effectué jusque là : plus de 70 pays d’ici la fin de l’année. Il va occuper selon toute vraisemblance la majeure partie des ventes haut-de-gamme de smartphones dans l’année qui vient. L’iPhone 4 passe à 100 euros et le 3G devient gratuit (avec un abonnement), ce qui risque d’augmenter fortement la pression sur tous les téléphones android (Samsung, LG, Sony, etc…) qui occupent le milieu et le bas de gamme du marché.

Mais ce n’est pas tout : iCloud et iMatch témoignent de la volonté d’Apple de générer de nouvelles sources de revenus récurrentes sur le moyen-terme. L’offre semble solide, et à voir ce qu’il est advenu de l’Appstore, on ne peut qu’espérer le meilleur.

Enfin, Siri s’avère un placement de long-terme, dont les formes de monétisation ne sont pas encore définies, mais dont on peut être sur qu’elles arriveront en cas de succès.

5 – Quelques réserves

L’annonce du iPhone 4S en a déçu plus d’un, même si elle s’inscrit bien dans la stratégie de long-terme d’Apple. Certains espéraient les NFC (paiement avec le téléphone) ou la LTE (internet plus rapide), mais c’était oublier que la compagnie n’a pour habitude d’intégrer les technologies qu’à partir du moment ou elles sont matures.

Et si Siri était une fausse bonne idée ? Après tout Apple a déjà intégré un Assistant vocal depuis longtemps, sans grand succès et tout le monde ne veut pas forcément parler à son téléphone. Ca ne serait pas la première grande idée d’Apple qui ne fonctionnerait pas : iAds lancé il y a deux ans par Steve Jobs ne décolle pas.

L’utilisation de iCloud et iMatch va générer beaucoup d’informations : Où je me suis connecté ? Pour faire/dire quoi ? Regarder quel film ? Ecouter quelle musique ? Rédiger quel document ? Que va faire Apple de ces données ? De vraies questions se posent sur la vie privée, la propriété de biens virtuels et la dépendance des individus envers un acteur tiers pour l’accès à leurs données.

Enfin, on peut légitimement se demander combien de temps encore Apple saura rester maître de son marché et écraser toutes les initiatives de ses concurrents. Ne risque-t’on pas de se lasser de ces objets froids et lisses qui se ressemblent, version après version ?

 

1 Comment